Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

lundi 18 décembre 2017 Bienvenue sur le site Web de l'ARID!
| Webmail | |Espace collaboratif| | Plan du site | Nous contacter |

Notre contact

S/C 2iE 01 BP 594 Ouagadougou 01

Burkina Faso

Tel : 226 50 41 26 36 Fax : 226 50 49 28 01

Email :

info@arid-afrique.org

Nos partenaires

- MAE
- FAO
- IPTRID
- KIT - PAYS BAS
- CIID
- AFEID
- GWP
- CTA
- 2IE
- BAD
- CEDEAO
- UA
- GTZ
- PNUD
- BCEAO
- UEMOA
- Coopération SUISSE
- Banque Mondiale

 
En bref:
Communication 1 : Essai de Typologie des Bas-Fonds de la Commune de Cove du Sud-Benin

Communication 1 : Essai de Typologie des Bas-Fonds de la Commune de Cove du Sud-Benin

Mr. HOUNSOU B. Mathieu, Email : hounsmat@yahoo.fr (FSA/UAC)
Dr. Ir. AGBOSSOU K. Euloge, Email : agbossou@bj.refer.org (FSA/UAC)
Dr. Ir. AHAMIDE Bernard, Email : ahamide@bj.refer.org (FSA/UAC)

Résumé

L’existence des nappes souterraines peu profondes, au sein des zones humides, favorise la satisfaction des besoins en eau potable des populations, des cheptels et la constitution d’une réserve fourragère importante. Elle permet aussi le développement de l’arboriculture et du maraîchage lorsque l’eau peut être mobilisée suffisamment longtemps en saison sèche (PODA, 1997 ; LIDON et al., 1999). Mais elles demeurent encore peu exploités même dans les régions à forte densité de population, à cause des nombreux obstacles (problèmes fonciers, non maîtrise de l’eau) auxquels se heurte leur mise en valeur.

Estimés à 200 000 hectares (ASSIGBE & MAMA, 1996), les bas-fonds au Bénin demeurent encore peu exploités. La présente étude porte sur la caractérisation des bas-fonds de la commune de Covè en vue de leur mise en valeur.

Dix neuf (19) bas-fonds ont été recensés et six (6) ont été étudiés avec des dispositifs de mesures de différents paramètres physiques.

Les travaux ont permis de distinguer sur le plan hydrologique, les bas-fonds à régime d’inondation lié aux crues du fleuve Zou et les bas-fonds alimentés par des ruisseaux ; alors que du point de vue technique d’exploitation, trois types ont été recensés à savoir les bas-fonds aménagés avec des canaux d’irrigation comme les cas des périmètres rizicoles de Koussin-Lélé, les plaines inondables du fleuve Zou et les bas-fonds alimentés par les ruisseaux canalisés par les paysans.

Les résultats d’étude ont montré que : la perméabilité varie entre 35,93 cm/heure pour les bas-fonds ayant des sols très perméables à 0,36 cm/heure pour ceux ayant des sols imperméables, la couche argileuse est souvent à moins d’un (1) mètre de la surface, les pentes longitudinales sont modérées (moins de 2%). les débits d’écoulement élevés sont enregistrés sur les sites irrigués avec 155 l/s à Koussin et 136,5 l/s à Lélé contre moins de 100 l/s pour la plupart des autres bas-fonds.

Du point de vue de l’exploitation, les bas-fonds, malgré certaines contraintes environnementales, offrent des possibilités de mise en valeur diversifiées parmi lesquelles on peut citer entre autres : riziculture irriguée, utilisation des ressources forestières pour l’artisanat, cultures maraîchères, cultures vivrières (maïs et manioc), arboriculture (teck, palmier, manguier), canne à sucre, taro d’eau, collecte des crabes, pâturage du cheptel, cultures de décrue (maïs), pêche. D’autres possibilités de mise en valeur comme la pisciculture et l’exploitation de sable (carrière sur le bas-fond de Laha-Vovoé) peuvent être envisagées. Sur le plan sanitaire certaines pathologies liées au travail dans les bas-fonds sont enregistrées auprès des paysans. Ces maladies sont dues à la piqûre des moustiques, à la consommation d’eau non potable, au contact de l’eau souillée et à l’effort physique. Le taux de prévalence de ces maux chez les exploitants de bas-fonds est autour de 25% pour le paludisme alors que les dermomycoses et les parasitoses directement liées à l’eau sont chacune à 12.24% de prévalence.

En général en dehors des périmètres aménagés de Koussin et Lélé, les techniques utilisées par les paysans sur les différents sites restent endogènes avec quelques ouvrages sommaires à savoir des canaux, des rigoles et des planches.

Les travaux de caractérisation des bas-fonds de Covè ont permis de mettre en évidence la diversité des différents bas-fonds. Les indicateurs mesurés ont révélé des atouts et des contraintes pour l’exploitation durable de ces ressources. Les résultats obtenus et les recommandations faites constituent de véritables acquis qui vont servir de base à l’aménagement des différents bas-fonds.

Mots clés : bas-fonds, caractérisation, hydrologique, régime d’inondation, canaux d’irrigation, pentes longitudinales, pathologies, dermomycoses, parasitoses, endogènes, aménagement.

Télécharger la version complète

PDF - 267 ko
Essai de Typologie des Bas-Fonds de la Commune de Cove du Sud-Benin

 

 

Mot du président

L’Association Régionale pour l’Irrigation et le Drainage (ARID) est une Association Internationale Non Gouvernementale (ONG) scientifique et technique, à but non lucratif créée entre les acteurs et partenaires intervenant dans le domaine de l’Irrigation et du Drainage en (...) Suite...

Météo
Galérie photos
Nos liens