Appel à communications: QUATRIEME EDITION DU SALON AFRICAIN DE L’IRRIGATION ET DU DRAINAGE

Appel à communications

QUATRIEME EDITION DU SALON AFRICAIN DE L’IRRIGATION ET DU DRAINAGE

Expériences d’irrigation réussies en Afrique de l’Ouest et du Centre ;

approches, leçons apprises et perspectives

28 novembre au 02 décembre 2022

Niamey, Niger

  1. Contexte

La population du Sahel est exposée à un ensemble de facteurs de risques climatiques et environnementaux uniques. La croissance démographique élevée et soutenue de la région se traduit par une pression accrue sur ses ressources naturelles. En effet, en dépit d’une urbanisation rapide, 64 % de la population du Sahel vit encore dans des zones rurales et s’appuie principalement sur l’agriculture pluviale et l’agropastoralisme pour assurer ses moyens de subsistance. Les précipitations dans la région varient fortement d’une année à l’autre, avec des saisons pluvieuses irrégulières, imprévisibles et courtes. L’érosion continuelle, la déforestation et les pratiques agricoles non durables entraînent une dégradation généralisée des terres et une faiblesse des rendements agricoles. Les populations rurales sont régulièrement confrontées à des pénuries alimentaires et, de leur côté, les populations urbaines dépendent de plus en plus des importations de produits alimentaires, ce qui les expose à des flambées de prix. D’ailleurs, la crise des prix des produits alimentaires de 2008 a été une prise de conscience pour les gouvernements des pays du Sahel et leurs partenaires au développement. Enfin, on prévoit que le changement climatique amplifie la fréquence et l’ampleur des sécheresses et des inondations avec des impacts négatifs pour la productivité agricole, la sécurité alimentaire et la pauvreté rurale dans la région.

L’agriculture est une priorité de haut niveau pour les pays du Sahel et restera l’épine dorsale de leur économie, malgré ses performances volatiles. Au Sahel, le secteur agricole représente encore une grande partie du produit intérieur brut (PIB) et reste la principale source de création d’emplois.

La gestion de l’eau agricole (GEA) est cruciale pour l’amélioration de la performance agricole. En dépit des pluies erratiques, les pays du Sahel bénéficient de ressources en eau relativement abondantes. Les prélèvements d’eau actuels pour l’irrigation des terres agricoles représentent moins de 6 % du total des ressources en eau renouvelables et les prélèvements d’eaux souterraines constituent environ 6 % de la recharge annuelle. En outre, les terres irriguées représentent moins de 5 % des terres agricoles du Sahel, comparativement à environ 20 % dans le monde. En plus, le Sahel bénéficie de conditions écologiques favorables à la production à haut rendement de légumes et de riz.

Le contexte actuel du Sahel est caractérisé par une faible productivité des périmètres irrigués du fait d’une combinaison de facteurs multiples défavorables, au titre desquels il faut noter : le coût élevé des aménagements ; la faible capacitée d’équipement des acteurs ; les difficultés d’accès aux marchés ; les difficultés d’accès aux intrants ; le faible niveau de technicité des acteurs ; les difficultés de gestion des systèmes hydrauliques.

Cette situation complexe, handicape très sérieusement le développement de l’irrigation en Afrique subsaharienne. Cependant, il est urgent d’accroître et d’intensifier la production agricole de façon durable pour faire face aux besoins en nourriture sans cesse croissants. C’est ainsi que en 2005, 2008 et 2011, l’ARID a initié et organisé trois éditions du Salon Africain de l’Irrigation et du Drainage pour permettre aux experts africains de définir une stratégie régionale pour le développement durable de l’agriculture irriguée.

Aujourd’hui les pays du Sahel sont confrontés à une crise alimentaire exacerbée par le changement climatique, la situation sécuritaire et la crise liée à la COVID 19. Aussi le 4ème Salon Africain de l’Irrigation et du Drainage apparaît comme un espace de mobilisation et d’expression populaire autour des enjeux de l’irrigation et du drainage. Les acteurs du secteur de l’irrigation et du drainage auront ainsi l’opportunité de se concerter, de partager les préoccupations et des solutions à mettre à l’échelle.

  1. Objectifs

L’objectif général du SAFID 2022 est de susciter le débat et engager la réflexion multi-acteurs africains autour des grands enjeux du secteur de l’irrigation et du drainage.

Il s’agira spécifiquement de :

  • Partager et capitaliser différentes expériences, innovations et bonnes pratiques dans le domaine de l’irrigation et du drainage en Afrique subsaharienne au travers de conférences, panels, expositions et visites ;
  • Proposer des stratégies et politiques qui permettront à l’irrigation de jouer pleinement son rôle de sécurisation de la production agricole.
  • Thème/Sous-thèmes

Le thème central du SAFID 2022 est : « Expériences d’irrigation réussies en Afrique de l’Ouest et du Centre ; approche, leçons apprises et perspectives ».

Les Sous-thèmes retenus se présentent comme suit :

Sous-thèmes Brève description
1 Expérience réussie de planification des aménagements hydro agricoles Processus de planification et de programmation des aménagements : Approche, Outils, Acteurs, rôles des acteurs, périodicités, résultats (leçons apprises)
2 Expériences et pratiques réussies en administration des AHA Gestion administrative, économique et financière, approvisionnement en facteurs de production, commercialisation des produits, acteurs de gestion (Organisations Professionnelles Agricoles)
3 Expérience réussie en gestion de l’eau et maintenance des infrastructures des systèmes irrigués Organisation de l’irrigation sur les aménagements, acteurs, organisation, financement.

Organisation de la maintenance, diagnostic, financement, acteurs,

4 Solutions résilientes de systèmes irrigués face aux changements climatiques (micro irrigation par pompage solaire, etc.) Présentation des équipements, approvisionnement, coût, résultats, appropriation des producteurs, maintenance, etc
5 Expérience réussie de responsabilisation et d’autonomisation des organisations des producteurs dans l’exploitation des systèmes irrigués
6 Successtory en matière de gestion environnementale en petite irrigation Impacts environnemental et social, PGES, mise en œuvre du PGES, etc.

Les propositions de résumés et articles complets sont attendus et encouragés de la part des professionnels de tous ordres : chercheurs, experts et praticiens ; gestionnaires et décideurs aux niveaux des structures et institutions publiques et privées ; organismes de coopération bilatérale et multilatérale ; ONG et organisations de la société civile ; entreprises et bureaux d’étude ; producteurs et leurs organisations.

  1. Calendrier de soumission des résumés / Communications complètes
  2. Soumission des résumés (max. 500 mots) : 30 août 2022
  3. Notification d’acceptation : 10 juin 2022

iii. Soumission des articles complets (max. 10 pages de format A-4) : 20 septembre 2022

  1. Notification d’acceptation des articles complets : 30 septembre 2022
  2. Coordonnées des personnes de contact :

Adamu Mahaman Moustapha, Président de l’ARID et Président du Comité d’organisation du SAFID, email : mahamanmoustaphaa@gmail.com

DAMBRE N. Jean Bernard, Secrétaire Général de l’ARID, email : dambrejean@yahoo.fr

IDRISSA YOUNOUSSA, Président de l’Association Nigérienne pour l’Irrigation et le Drainage (ANID), email : younoussaidrissa@yahoo.fr

Rémi COULIBALI, Secrétaire Général du Comité National des Irrigation et du Drainage du Burkina (CNID-B) et Personne ressource, email : hagnamou2000@yahoo.fr

Partagez

Articles de la même catégorie

Leave a Comment